Powered by Cabanova

Chapelle d'Housselmont Notre Dame des Gouttes
Colombey-les-Belle (vue aérienne)
Bulligny (vue aérienne)
Vannes-le-Châtel (vue aérienne)
Allamps (vue aérienne) ............ Vue du haut de Saulxures-lès-Vannes ...... Ancien château (Barisey-au-P)
....................... Les étapes de la vie . : L 'âge adulte . . .... Le temps des épousailles . Après . l’âge de .. jouer aux quilles et celui de danser aux noces, arrive le moment de songer à s’établir. En moyenne, . les hommes .. se marient (pour . la première .. fois) à vingt . quatre ans et leurs épouses à vingt trois. La majorité étant fixée à 25 ans, seules les filles penvent .. se marier à cet âge .. sans l'accord de leurs parents . ; les fils, eux, doivent attendre d'avoir 30 ans. Il est .. d’usage .. de se marier dans son milieu mais pas forcément dans sa paroisse, . là . où précisément l’interdiction des mariages entre parents ré- duit les .. possibilités . d’union . au sein de la communauté locale. Cette in- terdiction qui vise les . quatre .. premiers degrés de parenté, s’étend jus- qu’aux . « . cousins issus d’issus de germain . ». Pourtant, grâce . aux dispen- ses accordées par le clergé et à l’arrivée de nouvelles . familles, . près d’un habitant sur deux . trouve son conjoint sur place. . Les . autres découvrent l’âme sœur . dans .. un village ou un bourg voisins, rarement situés à plus de dix kilomètres. .. C’est au .. moment des fiançailles, célébrées par le prêtre, qu’est signé le contrat de mariage notarié . . fixant les modalités de répartition et d’usage des biens entre les futurs époux. . Dans près d’un cas sur deux, le . « . traité de mariage . » concerne au moins . une .. sinon deux personnes déjà veuves, ayant bien souvent un ou plusieurs enfants. Fixer . le . jour . de « . la noce . » n'est pas une mince affaire. Il est en effet im- possible de . . se marier dimanches . et jours de fête, de même que les ven- dredi et samedi « . jours maigres . ». En . . dehors du lundi, trop proche du dimanche, .. et du jeudi, veille de jour . maigre, il reste le mardi et le mer- credi. Il en va de même pendant . . les .. temps de pénitence de l’Avent (les quatre . . semaines avant Noël) et du . Carême (les quarante jours avant Pâ- ques). On évite aussi de . se marier pendant .. « . les . ouvrages . » . (gros tra- vaux des champs), . au printemps et surtout l’été. .. Les noces ont donc es- sentiellement lieu en novembre, janvier ou février. .. Arrive .. enfin ce fameux jour où l’on voit accourir, dès le matin, . parents et amis des deux familles. . Un . mariage .. est l’occasion pour les notables de briller .. en affirmant leur rang dans la société . ; pour les jeunes gens à marier de se rencontrer, et . pour tous, même chez les plus humbles, de parler, se distraire, chanter, bien manger et .. boire à l’avenant. La fête se prolonge souvent le lendemain et parfois même le surlendemain. Pour . ses noces la . mariée est habillée de noir. .. La tradition de la robe blanche ne . s’imposera . qu’à . la fin du XIX e siècle .. (voire début XX e ), avec le culte de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie. ..... La famille . Après . la . noce, . le . jeune couple s’engage, sans attendre, sur le chemin de la vie communautaire et familiale suivi par ses .. aînés . : bons jours et mauvaises .. récoltes, naissance d’un enfant, mort d’un autre et parfois la disparition prématurée de l’un des époux. . Dans ce cas le conjoint survi- vant se remarie . et .. de nouveaux enfants . viennent se joindre à ceux des lits précédents. . La taille de la famille est généralement importante, à . . en juger par le nombre des naissances, mais il ne faut .. pas oublier que près d’un enfant sur deux (en moyenne) meurt avant l’âge de dix ans. Mis . à part les pires années de la guerre de Trente ans, . le taux de natalité s'est maintenu, dans le . Sud Toulois, aux . environs de . . 4,5 enfants par foyer, entre 1600 . et 1850. .. Ce chiffre résulte, . pour près de 20%, des fa- milles . nombreuses .. comptant dix enfants et plus. (On trouve, par exem- ple, deux familles de seize enfants à .. Barisey-au-Plain, entre 1821 et 1828). ... .. La fin de vie . Avec . le .. poids .. de l’âge, la vieillesse accentue encore la différence entre « . possédants . », .. si modestes soient-ils, . et pauvres « . manouvriers . » que le travail ne nourrit plus. Le .. riche laboureur établit, devant notaire, une convention avec ses héri- tiers ou ses acheteurs, .. qui s’engagent . à lui verser une rente. Hors con- trat, .. les enfants prennent .. en .. charge leurs vieux parents, avant d’hériter de leurs biens. La veuve, elle, .. bénéficie .. du douaire, droit viager sur la moitié des biens possédés en propre par son mari. Qu’en . est-il de ceux qui n’ont rien, sinon quelque masure et un lopin de terre . ? D’abord le vieux . ménage, le veuf ou plus fréquemment la veuve, s’efforce de . . conserver son autonomie en . . retardant le plus possible le moment de faire appel à autrui. Certains . . trouvent refuge chez . . leurs en fants. D’autres sont . secourus par la communauté villageoise, ou finis- sent leur vie vagabonde à l’hospice de Toul... .. Au village, . le groupe . des vieillards, (certains ayant tout juste passé la quarantaine), est relativement imporportant. .. On estime cependant . qu'au XVIII e siècle, "les plus de cinquante ans" représentaient environ .. 10% de . la population, contre .. 35% . aujourd'hui. .. Ces vieux et surtout ces vieilles, perclus de rhumatismes et . cassés .. par les maladies osseuses, atteignent parfois un âge fort avancé, auquel .. ils ajoutent généralement (en toute bonne foi) quelques années .. supplémentaires. Il . . n'est pas cer- tain que Claude . . La Laube soit décédé à cent dix ans, comme le men- tionne le régistre .. paroissial d'Autreville, en 1691. Il .. en est de même pour Demenge Fourier, de Xaronvale, (le grand-père . . de Saint Pierre Fourier) qui serait mort, en 1618, à l'âge de cent vingt ans. .. Même à . cent ans et plus, arrive inéluctablement . . « . l’heure des heures . », cet ultime instant auquel le chrétien s’est préparé toute sa vie. . On meurt en public, . après . le passage du prêtre, devant parents, amis et voisins qui récitent . des . prières en commun. . Puis les assistants se retirent et une per- sonne de même sexe procède à la toilette du mort. Les cloches et le bouche à . oreille ne . . laissent personne dans l’ignorance et . bientôt . commence le défilé des villageois . venus chacun leur tour « . je- ter de l’eau bénite . », c’est à dire bénir le défunt. . . Le soir a lieu la veillée autour du lit mortuaire, où . . alternent litanies, grâces . et paroles profanes. Pour rester éveiller, il faut aussi manger et boire. .. Les enterrements sont aussi . rapides que .. les baptêmes. L’inhumation s’effectue, en principe, le . . lendemain .. du décès (sauf dimanche ou fête carillonnée). Le . cercueil, .. réservé aux riches, est le . plus souvent remplacé par un lin- ceul (un drap) dans . lequel on enveloppe le défunt, revêtu de ses plus beaux habits. L’inhumation se .. fait .. au cimetière, proche de l’église, ou parfois dans l’église elle-même. L’enterrement, proprement dit, . . n’est pas très coûteux à la campagne mais les . . nombreux . services de « . requiem . » destinés à faciliter le passa- ge du défunt vers l’au-delà, finissent . par revenir cher. Guy .. Cabourdin rapporte l’exemple de Claudine, veuve (peu fortunée) de Jean . . Pouttier, de Void qui, en 1593, exigeait pour ses « . funéraulx . » trois messes hau- tes et six messes basses. D'une .. façon . générale les défunts ne sont pas .. oubliés, si l'on en juge par le nombre .. de services . religieux (messes, .. vêpres des morts, prières pour les trépassés récitées par .. des pauvres et par les écoliers, dûment rémunérés), et par l'habitude qu'ont les fidèles . . de .. se recueillir sur les tombes, après la messe dominicale. ...

- Présentation
- Les Leuques
- La Lorraine ducale
- L'enfance
- L'âge adulte
- Le village
- L'agriculture
- La maison
- La sorcellerie
- Les " fiauves "
- Carte (Lorraine)
- Vallée de l'Aroffe
- Sources et info
- Bibliographie
Banner COM